Un présentateur de télévision pakistanais libéré quelques jours après son arrestation dans la capitale

LAHORE, Pakistan – Un éminent présentateur de télévision pakistanais a été libéré samedi après son arrestation plus tôt cette semaine près d’Islamabad et après qu’un tribunal de grande instance lui ait accordé une caution dans une affaire et rejeté d’autres affaires contre lui, a déclaré un avocat du gouvernement.

Imran Riaz Khan a été placé en garde à vue mardi – même si quelques semaines plus tôt, un tribunal de la capitale pakistanaise, Islamabad, avait ordonné à la police de ne pas l’arrêter, ainsi que plusieurs autres journalistes, suite à des plaintes les accusant d’incitation à la haine contre la puissante armée du pays.

Au total, 17 cas ont été enregistrés contre Khan dans différentes villes du Pendjab, la province la plus peuplée du pays.

Selon Pervez Shaukat, l’avocat général du Pendjab, Khan a été libéré sous caution pour une période de 10 jours – jusqu’à sa prochaine audience – pour “incitation à l’agitation et à la création du chaos”. Les 16 autres cas ont été rejetés.

Khan, un présentateur qui a récemment animé une émission sur Sama TV, est connu pour ses blogs sur les réseaux sociaux et pour son soutien public à l’ancien Premier ministre Imran Khan. Les deux ne sont pas liés. L’ancien premier ministre s’est prononcé contre l’arrestation du présentateur de télévision.

Shaukat a déclaré à la Haute Cour de Lahore lors de l’audience de samedi que le gouvernement, qui avait tenté en vain de porter des accusations de trahison contre l’ancre, n’avait aucune objection à ce que la caution soit accordée.

Le tribunal a également demandé à Khan de s’assurer qu’il ne publierait aucune déclaration controversée en attendant la prochaine audience, a déclaré Shaukat.

Imran Khan a été évincé de son poste de Premier ministre par un vote de censure au Parlement en avril. Il soutient que son expulsion faisait partie d’un complot américain, une accusation que Washington nie.

Pendant ce temps, un autre présentateur de télévision, Sami Ibrahim, a été agressé et battu par deux assaillants qui ont tenté de lui extorquer de l’argent samedi devant le bureau du journaliste à Islamabad, avant de s’enfuir en voiture. Ibrahim est également un partisan de l’ancien premier ministre.