Photos: les musulmans célèbrent l’Aïd al-Adha 2022 alors que les restrictions de covid s’assouplissent

Des millions de musulmans du monde entier célèbrent l’Aïd al-Adha – une grande fête islamique qui marque la fin du pèlerinage du hajj à La Mecque en Arabie saoudite – alors que l’assouplissement des restrictions sur les coronavirus permet aux fidèles de se rassembler.

Le président Biden a qualifié les festivités de “symbole des progrès que nous avons réalisés dans la lutte” contre le coronavirus, mais a averti que la pandémie n’est pas encore terminée.

“Tant que les restrictions liées au COVID-19 subsistent, les musulmans drapés de blanc pourront se rassembler du monde entier pour la première fois en deux ans pour effectuer le Hajj”, a déclaré Biden dans un communiqué samedi.

“C’est un symbole des progrès que nous avons réalisés dans la lutte contre cette pandémie et de tout le travail que nous devons encore faire pour renforcer notre reprise. Profitons tous de cette occasion pour renouveler notre engagement commun à travailler pour la paix, à prendre soin des personnes vulnérables et à rechercher une plus grande égalité et des opportunités pour tous », a ajouté Biden.

Alors même que de nombreux pays ont assoupli les restrictions de santé publique, les cas de coronavirus ont continué d’augmenter dans le monde, une augmentation due en grande partie aux sous-variantes d’omicron.

Au milieu des craintes d’une variante delta, les célébrations de l’Aïd al-Adha commencent

À l’échelle mondiale, plus de 4,6 millions de nouveaux cas ont été signalés à l’Organisation mondiale de la santé entre le 27 juin et le 3 juillet. Indonésie, Inde et Bangladesh — ont augmenté de 20 % entre le 27 juin et le 3 juillet.

Certaines célébrations de l’Aïd entachées par la guerre, d’autres reviennent à l’échelle pré-covid

Dans certaines parties du monde, les célébrations de l’Aïd ont été restreintes l’année dernière en raison de la pandémie, avec des limites strictes sur le nombre de fidèles autorisés à La Mecque.

Cette année, les autorités saoudiennes ont autorisé environ 850 000 musulmans de l’étranger à faire le pèlerinage. Ils ont été choisis via une loterie et devaient être âgés de moins de 65 ans, vaccinés contre le coronavirus et avoir récemment été testés négatifs pour le virus.

Alors que l’Arabie saoudite a assoupli son mandat de masque national, les masques sont toujours nécessaires à l’intérieur de La Mecque et de Médine, et certaines restrictions sont en place autour de la Kaaba, le sanctuaire au centre de la Grande Mosquée de La Mecque.

En dehors de l’Arabie saoudite, les musulmans célèbrent l’Aïd al-Adha avec des prières et de grands rassemblements de famille et d’amis. La fête est joyeuse et l’occasion de partager un repas avec ses proches.

Cette année, la fête tombe entre le 9 et le 13 juillet. Musulmans et non-musulmans marquent l’occasion en se saluant avec “Eid Mubarak”.

De nombreux musulmans sacrifient des animaux – y compris des moutons, des chèvres, des vaches et des chameaux – pour marquer l’histoire coranique de la volonté d’Ibrahim de sacrifier son fils Ismaël comme un acte d’obéissance à Dieu, avant que Dieu n’intervienne et ne lui donne un agneau à sacrifier à la place.

La tradition de l’une des deux principales fêtes de l’islam est de partager la viande entre la famille, les amis et les personnes dans le besoin.

Même en Ukraine, alors que la guerre avec la Russie fait rage, les musulmans célèbrent l’Aïd al-Adha dans les mosquées.

En Russie, des photos montrent des prières publiques à grande échelle se déroulant sous l’œil attentif des forces de sécurité.