Moment de silence des jésuites au Mexique pour les prêtres assassinés

MEXICO CITY – L’Église catholique romaine a commencé dimanche une série spéciale de prières pour la paix au Mexique après l’assassinat de deux prêtres jésuites et d’un guide touristique le 20 juin.

Les jésuites ont tenu une minute de silence pour les prêtres, qui auraient été tués par un chef de gang local alors qu’ils tentaient de protéger le guide.

Des dizaines de personnes se sont rassemblées au monument du centre-ville connu sous le nom de Stella of Light pour le moment de silence.

Les jésuites ont déclaré qu’ils ne seraient pas intimidés de quitter les montagnes de Tarahumara, où l’ordre s’occupe de la communauté indigène Rarámuri depuis des siècles. Deux prêtres ont déjà été désignés pour remplacer leurs frères décédés, a déclaré le révérend Jorge Atilano González.

“Aujourd’hui, nous commençons un cycle de prières pour la paix au niveau national. C’est l’ouverture d’un mois marquant la mémoire de toutes les personnes tuées et disparues. Aujourd’hui, nous nous souvenons des prêtres, des journalistes, des militants sociaux et des jeunes qui sont morts violemment », a déclaré González au rassemblement.

Jusqu’à présent cette année, 12 journalistes ont été tués au Mexique, ce qui en fait le pays le plus dangereux pour les journalistes en dehors d’une zone de guerre.

Le Centre multimédia catholique de l’église a déclaré que sept prêtres avaient été tués sous l’administration actuelle, qui a pris ses fonctions en décembre 2018, et au moins deux douzaines au cours des six années du président précédent.

Mais beaucoup plus de citoyens moyens ont été tués dans la violence alimentée par les gangs.

“Les plus de 100 000 disparus et les 122 000 tués au cours de cette administration sont une source de douleur, de force, de colère et de courage pour construire la justice, la réconciliation et la paix”, a déclaré González.

Les prêtres assassinés, le révérend Javier Campos, 79 ans, et le révérend Joaquín Mora, 80 ans, avaient passé une grande partie de leur vie au service des peuples autochtones des montagnes de la Sierra Tarahumara. Les jésuites ont été abattus dans la petite église de la ville de Cerocahui.

Le conseil des évêques a également appelé les fidèles à prier le 31 juillet pour la conversion ou la rédemption des tueurs.

“Ce que nous demandons en tant que jésuites, c’est la paix dans la Sierra Tarahumara, la sécurité des communautés Rarámuri, ainsi que de la communauté religieuse”, a déclaré González.

“Nous demandons aussi la justice, le renforcement des institutions locales”, comme les forces de police, a-t-il dit. « Il ne suffira pas d’avoir la présence de l’armée et de la garde nationale. Nous avons besoin d’institutions locales plus fortes.