L’opposition tunisienne grandit alors que Kais Saied prépare le référendum sur la constitution

Espace réservé pendant le chargement des actions d’article

Un an après que la prise de pouvoir du président tunisien Kais Saied a bouleversé la démocratie naissante du pays forgée par le printemps arabe, l’opposition à son encontre grandit alors qu’il prépare un référendum constitutionnel pour consolider son règne d’un seul homme.

Le 25 juillet, un an exactement après avoir décidé de s’emparer du pouvoir quasi total dans ce qui était autrefois l’affiche de la démocratisation au Moyen-Orient, Saied organisera un référendum visant à officialiser sa refonte des institutions politiques du pays.

Le projet de nouvelle constitution, publié jeudi soir, créerait un système dans lequel le président aurait un pouvoir pratiquement incontrôlé, avec un contrôle sur le gouvernement et le pouvoir judiciaire. Le président servirait deux mandats de cinq ans – mais pourrait prolonger son mandat – et pourrait dissoudre le parlement.

La constitution proposée ne comprend pas de dispositions pour destituer le président.

Les critiques ont déclaré avant la publication du projet qu’un tel système créerait des conditions propices à l’autoritarisme.

L’annonce de Saied, le 25 juillet de l’année dernière, qu’il suspendait le Parlement et licenciait le Premier ministre avait été accueillie à l’époque par des acclamations dans les rues et le soutien de ceux qui étaient devenus désillusionnés par la jeune démocratie du pays.

La démocratie a prévalu dans la Tunisie post-printemps arabe. Mais les difficultés économiques attisent le mécontentement.

De nombreux législateurs de ce pays d’Afrique du Nord ont accusé de ne pas avoir apporté les améliorations économiques et sociales que le peuple avait exigées lorsqu’il est descendu dans la rue en décembre 2010, renversant la dictature au début de 2011 et déclenchant des révoltes dans la région connue sous le nom de pays arabe. Le printemps.

Ces derniers mois, cependant, l’approche de plus en plus autocratique de Saied s’est heurtée à une opposition croissante. Le 16 juin, l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT par son abréviation française) a organisé une grève générale en réponse aux négociations prévues avec le Fonds monétaire international sur un prêt de 4 milliards de dollars en échange de la mise en œuvre de mesures d’austérité impopulaires à un moment où les familles tunisiennes pauvres pincent déjà des sous pour mettre de la nourriture sur la table.

Des centaines de milliers de travailleurs du secteur public y ont participé. Les vols des compagnies aériennes ont été annulés, les transports publics ont cessé de fonctionner et les bureaux du gouvernement ont été fermés.

Les dirigeants syndicaux ont pris soin de présenter la grève comme motivée par des préoccupations économiques plutôt que par une opposition au président. Mais cela a été largement interprété comme une démonstration de force destinée à faire comprendre que le syndicat “reste un acteur majeur de la ville”, a déclaré Youssef Cherif, analyste politique spécialisé dans l’Afrique du Nord. “Ils sont la seule force d’opposition puissante au président Saied et ceux qui peuvent mobiliser la rue pour dire non.”

Alors que le président a procédé à son retour en arrière des acquis démocratiques de la Tunisie, l’UGTT – l’un des quatre groupes de la société civile tunisienne qui a remporté le prix Nobel de la paix en 2015 – semble émerger comme un rempart contre un retour à l’autoritarisme.

Après les soulèvements du printemps arabe, la Tunisie a surmonté les turbulences politiques et les attentats terroristes pour adopter une nouvelle constitution en 2014 qui a établi un système mixte présidentiel et parlementaire et consacré les libertés civiles. Dans une région où les dirigeants tolèrent peu la dissidence, le pays de 12 millions d’habitants est devenu un lieu de liberté d’expression et de contestation politique.

L’économie, qui a déclenché les protestations initiales, ne s’est toutefois jamais améliorée et le chômage est resté élevé, de nombreux Tunisiens estimant que la classe politique – et la démocratie en général – n’avaient pas apporté une meilleure qualité de vie. L’année dernière, un mouvement de protestation dirigé par des jeunes a qualifié les élites post-révolutionnaires de corrompues et d’ineptes et a exigé la dissolution du Parlement.

La Tunisie parmi les pays qui subissent les conséquences économiques majeures de la guerre en Ukraine

Le parti islamiste modéré Ennahda, qui a toujours remporté un grand nombre de sièges au parlement et fait partie de la coalition au pouvoir, a été particulièrement au centre des protestations, mais a été accusé de ne pas résoudre les problèmes du pays.

Les dirigeants d’Ennahda ont reconnu que les Tunisiens avaient des griefs légitimes contre la gouvernance au cours de la décennie précédente et que le parti portait une certaine responsabilité. Mais ils ont défendu à plusieurs reprises leur attachement à la démocratie et appelé à un retour aux institutions et aux processus démocratiques.

Saied, qui a été élu en tant qu’outsider en 2019, a intensifié sa guerre contre le système politique en septembre avec l’annonce qu’il gouvernerait par décret.

“Pour nous, c’était le moment d’une rupture totale entre Saied et la société civile”, a déclaré au Washington Post Romdhane Ben Amor, porte-parole de l’influent Forum tunisien pour les droits sociaux et économiques. “Ce décret a créé un régime très autoritaire où le président manipule tous les pouvoirs.”

Saied a démantelé les institutions de l’État, dissous le parlement et menacé d’interdire aux organisations de recevoir des financements étrangers – une interdiction qui “anéantir complètement la société civile, ou du moins les chiens de garde de la société civile”, a déclaré Lamine Benghazi, coordinateur des programmes chez Avocats sans frontières.

Des groupes de défense des droits ont dénoncé l’arrestation et la détention arbitraires des opposants à Saied, ainsi que l’utilisation de tribunaux militaires pour poursuivre des civils. Plus récemment, l’ancien Premier ministre Hamadi Jebali a été arrêté la semaine dernière pour des soupçons de blanchiment d’argent, avant qu’un juge n’ordonne sa libération lundi.

La Tunisie a perdu 21 places, se classant à la 94e place mondiale, dans l’indice de la liberté de la presse de Reporters sans frontières cette année, l’organisation avertissant que “l’intimidation des journalistes est devenue normale”.

Ces mesures ont suscité des inquiétudes aux États-Unis, qui ont autrefois applaudi la voie politique de la Tunisie. En mai, Samantha Power, directrice de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), a déclaré à la commission des affaires étrangères de la Chambre que le budget de l’administration pour l’année prochaine a proposé de réduire l’aide à la Tunisie en raison des “virages décevants du gouvernement actuel, de la répression de la société civile, de l’éloignement de l’État de droit et des institutions démocratiques”.

Saied s’est également attaqué au pouvoir judiciaire, en fermant unilatéralement en février un organe de surveillance destiné à garantir son indépendance et en limogeant 57 juges début juin. Ces licenciements ont provoqué une grève des juges qui dure depuis plusieurs semaines.

Le projet de constitution dévoilé jeudi donnerait au président le pouvoir de nommer des juges et de leur interdire de faire grève.

Yassine Azaza, avocat des droits de l’homme et conseiller au ministère des Affaires économiques et sociales, a insisté dans une interview avec The Post ce mois-ci sur le fait que la Tunisie est une démocratie – à cause du régime de Saied, pas malgré lui. Les gouvernements précédents étaient corrompus et antidémocratiques, a-t-il allégué, mettant les problèmes sur le dos des islamistes, qu’il a accusés, sans preuves, d’essayer de “faire tomber l’État”.

L’opinion publique sur les actions de Saied est difficile à évaluer. Des milliers de personnes ont rejoint les manifestations organisées par des mouvements politiques rivaux à Tunis, la capitale, le week-end après la grève – un signe à la fois de mécontentement envers Saied et de la nature fracturée de l’opposition. Mais les sondages continuent d’indiquer qu’une majorité de Tunisiens soutient le président.

Pour une grande partie de la population, l’apathie semble s’être installée, et à part la grève générale du syndicat, il y a eu peu de protestations de masse contre Saied ou le gouvernement.

Le syndicat pourrait aider à former un “front civil contre la dérive autoritaire que nous vivons actuellement”, a déclaré Benghazi d’Avocats sans frontières. “Il y a beaucoup d’espoirs sur les épaules de l’UGTT en ce moment.”

Le chef du syndicat Noureddine Taboubi a déclaré aux journalistes la semaine dernière que le gouvernement n’avait pas le droit d’imposer des mesures d’austérité et qu’il avait laissé ouverte la possibilité d’appeler au boycott du référendum constitutionnel. Le syndicat a également annoncé lundi qu’il organiserait une deuxième grève.

“Quand il y aura un gouvernement produit par les institutions et les élections, il aura la légitimité pour entamer des négociations sur les réformes”, a-t-il déclaré, selon l’Agence France-Presse.