Les pilotes Ferrari ne peuvent pas se permettre de se battre, déclare Charles Leclerc

Charles Leclerc a averti que Ferrari ne pouvait pas se permettre une bagarre entre lui et son coéquipier de Formule 1 Carlos Sainz au Grand Prix d’Autriche après qu’ils se soient roulés roue contre roue lors d’un sprint samedi.

Leclerc a devancé son coéquipier, le Monégasque terminant deuxième et l’Espagnol troisième derrière le vainqueur de Red Bull Max Verstappen dans une course qui a fixé la grille pour dimanche.

Sainz a remporté le Grand Prix de Grande-Bretagne le week-end dernier pour sa première victoire en F1 tandis que Leclerc a terminé quatrième, déclenchant des rapports de troubles internes au sein de l’équipe la plus ancienne et la plus performante du sport.

F1: Max Verstappen Wins Sprint Race to Claim Austrian Grand Prix Pole

“Je pense que demain sera une longue course et la gestion des pneus sera un peu plus importante par rapport à aujourd’hui, donc demain nous ne pourrons probablement pas nous permettre de faire ce que nous avons fait aujourd’hui, non”, a déclaré Leclerc aux journalistes.

Sainz et Leclerc se sont battus dès le départ, l’Espagnol essayant toujours de passer après sept des 23 tours et son coéquipier fermant la porte.

La course de sprint attribue des points aux huit premiers, dont huit au vainqueur et un au pilote classé huitième.

“Il y avait quelques batailles là-bas au début”, a déclaré Sainz.

«Je pense qu’aujourd’hui, il y avait très peu à gagner ou à perdre par le combat.

« Nous parlons d’un point de plus ; un point de moins, parce que dans le sprint, il n’y a pas beaucoup de points et aussi Max avait l’air très en contrôle pendant toute la course, donc ce n’est pas comme si nous avions perdu massivement.

Ferrari a 62 points de retard sur Red Bull au classement des constructeurs tandis que Leclerc est troisième au général et 44 points derrière Verstappen. Sainz est quatrième à 56 points du rythme.

Le patron de Ferrari, Mattia Binotto, a déclaré plus tôt que l’objectif était de maximiser les points pour l’équipe et que celui qui était le plus rapide en piste avait la priorité.

« Je suis plutôt content de voir ces deux pilotes se battre. Je sais que lorsqu’il y a des ordres d’équipe, tout le monde nous blâme parce que nous devrions avoir un combat libre et quand vous avez le combat libre, vous devriez avoir des ordres d’équipe », a-t-il déclaré.

« Donc, quoi que vous fassiez, c’est toujours mal. Je me souviens qu’il y a 20 ans ici en Autriche, j’ai entendu les huées des tribunes parce que j’étais ici.

Le Grand Prix d’Autriche 2002 est devenu notoire pour Ferrari ordonnant au Brésilien Rubens Barrichello de laisser son coéquipier Michael Schumacher gagner malgré la surperformance de l’Allemand. Les ordres d’équipe ont été interdits à partir de 2003 mais sont désormais autorisés.

Lisez toutes les dernières nouvelles, les dernières nouvelles, regardez les meilleures vidéos et la télévision en direct ici.