Les jours du travail à distance de la génération Y et de la génération Z pourraient être comptés

Millennials et Gen Z, il est peut-être temps de vous réhabituer à la tenue de bureau et aux trajets quotidiens : vos jours de travail à distance pourraient être comptés, selon un auteur du futur du travail.

Alors que la main-d’œuvre s’adapte à un paysage “post-pandémique”, il pourrait être dans l’intérêt des employeurs et des employés de retourner au bureau à plein temps, a déclaré Steve Cadigan, le premier directeur des ressources humaines de LinkedIn.

Selon Cadigan, dont le livre “Workquake” explore comment la pandémie pourrait pourrait ouvrir la voie à un meilleur modèle de lieu de travail.

“Ce 20 à 35 ans, en particulier les 20 à 29 ans, 30 ans est vraiment frustré”, a déclaré Cadigan à CNBC.

“Leur sens de l’engagement envers une organisation où ils n’ont rencontré personne en personne, où ils n’ont pas été, est bien moindre que les personnes qui passent du temps ensemble comme nous l’étions auparavant”, a-t-il déclaré.

Le défi pour ce groupe est d’essayer d’être plus intentionnel.

Steve Cadigan

auteur de “Workquake”

Les politiques de travail à distance, mises en œuvre au début de la pandémie, ont facilité des avancées majeures, notamment une participation accrue à la main-d’œuvre et des niveaux de productivité toujours élevés, a déclaré Cadigan.

Mais elles ont aussi entraîné une déconnexion entre les salariés et leurs équipes, alimentant des phénomènes comme la Grande Démission. Cela, à son tour, a conduit à une plus grande fluidité sur le marché du travail, ce qui, bien que bon en période de prospérité, pourrait être risqué avant une éventuelle récession.

Pour remédier à cela, les jeunes travailleurs peuvent avoir besoin de retourner sur le lieu de travail – que ce soit volontairement ou non – pour entretenir ces relations très importantes avec leurs coéquipiers et leurs supérieurs, a-t-il déclaré.

“Le défi pour ce groupe est d’essayer d’être plus intentionnel”, a déclaré Cadigan.

“C’est vraiment, vraiment difficile de faire cela à distance, et cela peut être une grande fonction de forçage qui va forcer les organisations à réaliser que nous devons rassembler ce groupe démographique plus jeune pour qu’ils se sentent plus engagés et qu’ils se sentent enthousiasmés par faire partie de l’équipe. C’est un grand défi en ce moment », a-t-il ajouté.

Alors que de nombreux travailleurs ont déjà été invités ou ont choisi de retourner au bureau, le nombre de personnes travaillant dans un bureau à temps plein est encore bien en deçà des niveaux d’avant la pandémie.

En avril 2022, deux ans après le début de la pandémie, un peu plus d’un tiers des travailleurs (34 %) étaient retournés au bureau à temps plein, selon une étude du consortium de recherche Future Forum de Slack.

Même alors, moins de la moitié étaient là de leur propre chef, 55 % des employés de bureau en personne déclarant qu’ils préféreraient un arrangement plus flexible.

En effet, les Pays-Bas ont fait un pas de plus vers la légalisation du travail à distance cette semaine.

Le Parlement néerlandais a approuvé mardi une législation qui oblige les employeurs à prendre en compte les demandes des employés de travailler à domicile si leurs professions le permettent. La législation, qui a été approuvée par la chambre basse, doit maintenant être approuvée par le Sénat avant son adoption finale.

Les Pays-Bas, qui ont mis en œuvre la loi sur le travail flexible plus limitée en 2016, sont l’un des douze pays européens à introduire législation pour le travail à distance, dont la France, la Belgique et l’Estonie. En règle générale, ces lois nécessitent l’accord de l’employeur et de l’employé.