Le défilé de la fierté revient à Londres pour le 50e anniversaire

Espace réservé pendant le chargement des actions d’article

LONDRES – Les rues de Londres étaient remplies de couleurs samedi alors que la capitale britannique marquait 50 ans de Pride.

Une foule vibrante de centaines de milliers de personnes s’est rendue pour participer ou regarder les festivités, formant un spectacle de drapeaux arc-en-ciel, de paillettes et de paillettes.

Après deux ans d’annulations en raison de la pandémie de coronavirus, le défilé est intervenu un demi-siècle après la première marche de Londres pour célébrer la fierté en 1972.

La procession de samedi a emprunté un itinéraire similaire à l’original, commençant à l’extérieur de Hyde Park et parcourant les rues en direction de Westminster. Il devait être suivi d’un concert à Trafalgar Square.

Chris Joell-Deshields, le directeur des organisateurs Pride à Londres, a déclaré que des droits et libertés “importants” avaient été acquis depuis l’événement inaugural, “mais il reste encore beaucoup à faire”.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a salué une “belle journée” d'”unité, visibilité, égalité et solidarité” en se joignant aux célébrations.

Plus de 600 groupes LGBTQ devaient participer à la marche, dirigée par des membres du Gay Liberation Front de la manifestation de 1972.

Des organisations allant des organisations caritatives aux universités en passant par les services d’urgence étaient également représentées.

Mais les agents en uniforme de la police métropolitaine de Londres n’étaient pas parmi eux, comme cela a été le cas les années précédentes.

Cette décision est intervenue en réponse aux militants LGBTQ qui s’inquiétaient de leur confiance dans la police, en particulier de la qualité de l’enquête de la police sur les meurtres commis par le tueur en série Stephen Port. En 2016, Port a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle pour le meurtre de quatre jeunes homosexuels qu’il a rencontrés en ligne.

Des membres des forces de police ont pu rejoindre la marche de samedi de leur propre gré.

“Je pense que la police a été sensible aux problèmes soulevés par la communauté”, a déclaré Khan. “Et il y aura des officiers en uniforme dans et autour de Pride pour s’assurer que nous sommes tous en sécurité, pour s’assurer que ce défilé est un succès.”

Les participants avaient été invités à passer un test COVID-19 avant la marche avec des cas de virus en augmentation à travers la Grande-Bretagne. L’Agence britannique de sécurité sanitaire avait émis une mise en garde similaire pour les personnes présentant des symptômes possibles de monkeypox.