Le candidat lieutenant-gouverneur de l’AG fait maintenant l’objet d’un examen minutieux en raison de la participation de faux électeurs


  • Facebook


  • Twitter


  • Pinterest


  • Reddit


  • Flipboard


  • Imprimer


  • E-mail


  • Copier le lien


  • Comme



  • Suite

Jeudi dernier, des nouvelles importantes ont éclaté concernant l’entrée du ministère de la Justice dans l’enquête sur les faux électeurs, émettant des assignations à comparaître pour des documents dans plusieurs États. Alors que l’enquête criminelle se concentre et s’intensifie, un candidat au poste de lieutenant-gouverneur de Géorgie, Burt Jones, fait l’objet d’un examen minutieux pour son implication.

Selon le Atlanta Journal-Constitution :

Le rôle du sénateur d’État Burt Jones sur une fausse liste d’électeurs du GOP en Géorgie, conçue pour aider l’effort raté de Donald Trump pour annuler la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle de 2020, suscite un examen accru alors que le républicain se bat pour devenir le prochain lieutenant-gouverneur de l’État .

Le mois dernier, le ministère de la Justice a demandé des dossiers au président du GOP de Géorgie, David Shafer, et à Brad Carver, un avocat et militant républicain qui faisait partie des 16 faux électeurs. L’activité fait partie d’une enquête plus large impliquant de faux électeurs dans plusieurs États.

L’AJC a parlé à quatre stratèges du GOP. Aucun n’a voulu parler publiquement, mais tous ont exprimé une inquiétude similaire concernant l’implication de Jones dans les faux électeurs et craignaient que ce ne soit une responsabilité pour sa candidature et d’autres républicains.

On ne soulignera jamais assez l’importance de la poursuite pénale des faux électeurs. Au cours de son mandat d’automne, le SCOTUS entendra une affaire sur le 12e amendement qui a le potentiel de changer fondamentalement les élections présidentielles, favorisant fortement les républicains. Le SCOTUS pourrait statuer que les législatures des États sont l’organe chargé d’envoyer les électeurs et que la législature de l’État ne peut être annulée par n’importe quel Cour ou Congrès. En effet, si elle était appliquée rétroactivement, la législature de l’Arizona aurait pu simplement «voter» qu’elle croyait qu’il y avait suffisamment de «fraude» dans l’élection pour que Trump gagne et envoie des électeurs de Trump à Washington malgré le décompte réel des votes et même certification par la Sec. d’État. En effet, le 12e amendement pourrait être lu de manière à permettre au SCOTUS de statuer que les législatures des États ne sont pas redevables aux votes de leurs citoyens et sont libres d’envoyer qui ils choisissent ou même de décider de ne pas tenir de votes à l’échelle de l’État pour la présidence.

Le SCOTUS est dangereux et sa décision invitera probablement au danger (quatre juges voulaient entendre l’affaire malgré l’absence de besoin pressant), mais les observateurs chevronnés des tribunaux se demandent jusqu’où ira le SCOTUS. Dans la mesure où la décision enhardit les législatures des États à « jouer à des jeux » avec les électeurs, on voudrait créer un précédent concernant la façon dont le MJ considère les électeurs soumis illégalement pour avertir tout le monde.

Si Jones était un chef de file dans la partie géorgienne du complot illégal, cela pourrait avoir de graves conséquences personnelles pour lui et pourrait avoir un impact sur la façon dont la législature géorgienne agira à l’avenir. Dernièrement, la Géorgie est l’endroit où le mouvement MAGA va mourir.


  • sauvegarder