L’Arabie saoudite finance un défi à la PGA

LE CAIRE – Lorsque l’Arabie saoudite a investi 3,5 milliards de dollars dans Uber en 2016, peu de personnes en dehors du monde des affaires l’ont remarqué. Lorsqu’il a pris une participation de 500 millions de dollars dans Live Nation, le plus grand producteur de concerts au monde, les spectateurs ont à peine cligné des yeux.

Mais lorsqu’il a acheté une équipe de football anglaise légendaire, Newcastle United, l’année dernière, des milliers de fans se sont massés devant le stade du club dans le nord-est de l’Angleterre pour encourager l’Arabie saoudite, certains d’entre eux portant des coiffes de style saoudien. Ce fut un accueil surprenant pour un lointain royaume désertique du Moyen-Orient, mieux connu pour son pétrole que pour ses sports ou ses divertissements, et souvent la cible de condamnations internationales pour son bilan en matière de droits de l’homme.

Il n’est donc pas étonnant que l’Arabie saoudite ait vu l’opportunité de financer un nouveau tournoi de golf pour défier le PGA Tour cette année, un investissement qui a plongé le monde du golf professionnel dans la tourmente et divisé ses plus grandes stars.

Le royaume considère le sport comme une formule gagnante pour rafraîchir son image, dans le cadre d’une campagne menée par son dirigeant de facto, le prince héritier Mohammed bin Salman, pour transformer le pays d’un producteur de pétrole somnolent et conservateur en un point chaud dynamique pour le tourisme, l’investissement , technologie futuriste et plus encore.

“Dans quelles autres circonstances obtiendriez-vous cela pour accueillir un investissement saoudien?” Kristian Coates Ulrichsen, spécialiste de la politique du Golfe au Baker Institute for Public Policy de l’Université Rice, a parlé de la réaction des fans de Newcastle. “Cela montre l’attrait.”

Image

Le crédit…Agence France-Presse — Getty Images