L’alternative russe à McDonald’s face à la pénurie de frites

L’alternative russe récemment ouverte à McDonald’s – qui a quitté le pays en mai à cause de la guerre de la Russie en Ukraine – est à la fois une chaîne de restauration rapide et une monnaie dans les campagnes de propagande de Moscou.

Dans une pénurie forgée par le symbolisme, Vkusno i Tochka, qui se traduit par “Savoureux et c’est tout”, limite la vente de frites cet été car il est incapable de s’approvisionner en suffisamment de pommes de terre, a déclaré vendredi l’entreprise à l’agence de presse russe Tass.

La franchise russe a déclaré qu’elle manquait de pommes de terre de style campagnard au menu, son cousin plus épais de la frite américanisée, en raison des perturbations de la chaîne d’approvisionnement en partie causées par la guerre et les sanctions occidentales.

La chaîne de restauration rapide, qui a ouvert ses portes sans arche en juin, a déclaré qu’elle recherchait généralement des sources nationales pour ses produits. Mais une mauvaise récolte de pommes de terre l’année dernière a laissé la Russie avec un stock limité, a déclaré Vkusno i Tochka à Tass, et l’entreprise n’a pas été en mesure de combler le vide avec des importations d’amidon.

Vkusno i Tochka a déclaré que les pommes de terre reviendraient pleinement à son menu cet automne, après la prochaine récolte. D’autres “acteurs principaux” du marché sont confrontés à des difficultés similaires, a déclaré la société à Tass.

Sur Telegram, cependant, le ministère russe de l’Agriculture a démenti la nouvelle d’une pénurie de pommes de terre, a rapporté la BBC.

L’ancien McDonald’s de Moscou rouvre sans Big Mac

Des pays allant du Japon au Kenya ont signalé des pénuries de pommes de terre et de frites ces derniers mois, citant également la chaîne d’approvisionnement et des facteurs environnementaux.

Mais le hamburger et les frites de Vkusno i Tochka étaient également censés être un gage d’autonomie russe, forgé au milieu de la sortie de plus de 1 000 entreprises, dont McDonald’s, et des séries de sanctions occidentales destinées à punir et isoler la Russie pour sa guerre en Ukraine. .

McDonald’s cherche à vendre une entreprise russe qui n’est “plus tenable”

Au moment de l’invasion de Moscou le 24 février, McDonald’s employait environ 62 000 personnes dans 850 communautés en Russie, selon un communiqué de l’entreprise.

Près de deux semaines après le début de la guerre, le 8 mars, la franchise basée à Chicago a temporairement suspendu ses opérations en Russie. L’entreprise de 180,8 milliards de dollars a déclaré qu’elle continuerait à payer les salaires des employés russes et ukrainiens et s’est engagée à envoyer de l’aide à ces derniers.

Au troisième mois de la guerre, le directeur général de McDonald’s, Chris Kempczinski, a déclaré que l’entreprise quittait complètement la Russie. Il n’était financièrement “plus tenable” d’opérer et “impossible d’ignorer la crise humanitaire provoquée par la guerre en Ukraine”, a-t-il déclaré dans un communiqué.

La décision de McDonald’s à la mi-mai de se retirer de la Russie a marqué la première fois que la franchise de plus de 40 000 magasins a quitté un marché international majeur.

Après plus de trois décennies d’investissement, il n’a fallu que quelques jours à McDonald’s pour annoncer qu’il avait conclu un accord avec un licencié russe. Alexander Govor, qui dirigeait auparavant 25 succursales McDonald’s en Sibérie, a accepté d’acheter le portefeuille de la chaîne de restauration rapide et de gérer les magasins sous une nouvelle marque.

McDonald’s ferme ses portes en Russie. Son premier restaurant en URSS a fait sensation.

Vkusno i Tochka a ouvert ses 15 premiers établissements dans les anciens restaurants McDonald’s de Moscou à la mi-juin. Une grande partie du menu est restée la même, à l’exception des marques de commerce « Mc » et « Mac » de la franchise américaine. À la fin du mois, la société a déclaré à Tass qu’elle avait ouvert 142 succursales et visait à en atteindre 1 000.

À l’époque où la succursale fondatrice de McDonald’s a ouvert ses portes près du Kremlin en février 1990, des milliers de Moscovites se sont alignés pour goûter pour la première fois au capitalisme dans les derniers mois de l’Union soviétique, a rapporté The Post. Le restaurant de 900 places était le plus grand de la franchise à l’époque.

Des publicités sur une chaîne de télévision commerciale récemment ouverte exhortaient : « Si vous ne pouvez pas aller en Amérique, venez chez McDonald’s à Moscou.

Annabelle Chapman a contribué au reportage du Luxembourg.