Goldman Sachs envisage de rétablir les suppressions d’emplois de fin d’année alors que les perspectives économiques s’assombrissent

Les gens marchent à la Bourse de New York le 12 mai 2022 à New York.

Spencer Platt | Getty Images Actualités | Getty Images

Goldman Sachs a ralenti ses embauches et cherche à réduire les frais qu’elle verse aux fournisseurs alors que la banque d’investissement se prépare à des temps plus difficiles à venir.

Mais Goldman, basé à New York, dispose d’un autre outil dans son arsenal pour contrôler les dépenses : un retour potentiel des suppressions d’emplois en fin d’année, selon une personne connaissant la situation.

Les entreprises de Wall Street ont depuis longtemps éliminé ceux qui étaient considérés comme sous-performants, souvent à la fin de l’année alors que les entreprises se préparent à distribuer des bonus à ceux qui restent. Cet exercice annuel a été interrompu pendant la pandémie alors que les banques embauchaient furieusement pour profiter d’un boom record de l’activité des transactions.

Chez Goldman, par exemple, les effectifs ont augmenté de 15 % pour atteindre 47 000 employés au cours de la seule année écoulée, selon les chiffres divulgués lundi. Certains de ces travailleurs sont peut-être venus à bord via une acquisition, mais cela reste une forte augmentation.

Aujourd’hui, au milieu d’une forte baisse des revenus liés à l’émission de titres de créance et d’actions, la principale banque d’investissement de Wall Street envisage de revenir au rituel de fin d’année.

Les employés constituent souvent le poste le plus important lorsqu’il s’agit de dépenses dans une banque d’investissement. Chez Goldman, la firme a mis de côté 7,78 milliards de dollars pour l’indemnisation des accidents du travail et avantages jusqu’au 30 juin, soit la moitié des dépenses d’exploitation globales de la période.

Le directeur financier Denis Coleman a déclaré lundi aux analystes lors d’une conférence téléphonique pour examiner les résultats du deuxième trimestre que l’entreprise ralentirait l’embauche pour remplacer ceux qui partent et rétablirait “probablement” les évaluations annuelles des performances d’ici la fin de l’année.

C’est “quelque chose que nous avons suspendu pendant la période de la pandémie pour la plupart”, a-t-il déclaré.

Aucun objectif n’existe encore pour la réduction des effectifs, selon la personne, et les plans sont dynamiques et pourraient changer. Dans le passé, les directeurs généraux et les partenaires étaient invités à dresser des listes de ceux qu’ils pouvaient libérer si nécessaire.