Cinq films internationaux à diffuser maintenant

Diffusez-le sur la chaîne Roku.

Le drame mignon et non conventionnel de Cédric Klapisch réside entièrement dans ce qui se passe avant de plutôt qu’après la rencontre fatidique de deux amants potentiels. Le film s’ouvre sur un plan d’un homme et d’une femme assis l’un à côté de l’autre dans un train à Paris. On se rend vite compte que ce sont nos protagonistes — Rémy (François Civil), un ouvrier d’usine, et Mélanie (Ana Girardot), une chercheuse en labo — mais qu’ils sont étrangers l’un à l’autre. Ils habitent des immeubles mitoyens, fréquentent le même supermarché et fréquentent la même pharmacie pour chercher des médicaments pour des maux opposés : Rémy ne dort pas ; Mélanie dort trop.

Et pourtant leurs vies se déroulent en parallèle, sans jamais se croiser. Film sur les voyages que nous devons entreprendre seuls avant de pouvoir nous épanouir chez les autres, “Someone, Somewhere” est une déconstruction des mythes de la comédie romantique qui conserve néanmoins la foi dans le destin et la magie. Alors que Rémy et Mélanie vont en thérapie et se redécouvrent lentement (à travers des applications de rencontres, des animaux de compagnie et des visites familiales passionnées), il est réconfortant de les voir vivre leurs situations similaires (mais différentes) dans une telle proximité, sans savoir que chaque jour, ils passent devant quelqu’un qui est aussi seul qu’eux. C’est un rappel émouvant de ce fait essentiel de la condition humaine : nous sommes toujours seuls ensemble.

Diffusez-le sur Netflix.

Image

Le crédit…Netflix

Ce thriller polonais sur la crise de la quarantaine a tous les ingrédients d’une prémisse à la cocotte-minute : une femme étouffée par les responsabilités familiales, un mariage qui s’effiloche, une affaire scandaleuse (ou deux). Pourtant, le film de Lukasz Grzegorzek n’explose pas tant qu’il mijote, laissant place à la tendresse et à l’humour alors même que la vie de son héroïne s’effondre.