« Ces gens » : les remarques LGBTQ du ministre français suscitent la colère

Commentaire

PARIS – La pression monte sur un ministre du gouvernement français pour qu’il démissionne suite à des commentaires stigmatisant l’homosexualité et les personnes LGBTQ, dans le dernier défi lancé au leadership du président Emmanuel Macron.

Les remarques de Caroline Cayeux ont blessé et irrité beaucoup – y compris ses collègues – et ont suscité une discussion plus large sur les attitudes discriminatoires persistantes des personnes au pouvoir.

Plus de 100 personnalités ont publié un appel dimanche dans le journal Journal du dimanche demandant pourquoi elle est toujours au gouvernement. Les signataires comprenaient des parlementaires, des hauts fonctionnaires, un médaillé olympique, des médecins, des artistes, un ancien Premier ministre, un ancien haut conseiller de Macron et d’autres membres du camp politique centriste de Macron.

Cayeux, la ministre des Relations régionales, a été interrogée dans une interview cette semaine sur son opposition à la loi française de 2013 autorisant le mariage homosexuel et l’adoption, et des commentaires à l’époque disant qu’ils étaient “contre nature”. S’adressant mardi au diffuseur Public Senat, elle a déclaré qu’elle était présentée à tort comme ayant des préjugés.

« Je maintiens mes propos. J’ai toujours dit que si la loi était votée, je l’appliquerais », a-t-elle déclaré. « J’ai beaucoup d’amis parmi toutes ces personnes, et je suis la cible d’un procès inéquitable. Cela me bouleverse.

Les remarques ont déclenché des ondes de choc parmi les personnes LGBTQ et provoqué des appels à sa démission. Une plainte en justice a été déposée contre elle pour injure publique.

Cayeux a ensuite tweeté ses regrets, affirmant que ses paroles étaient “inappropriées”, et a envoyé une lettre aux groupes anti-discrimination pour s’excuser. Elle a déclaré au journal Le Parisien que les commentaires “ne reflètent pas du tout mon point de vue”.

Beaucoup remettent en question la sincérité de son changement d’avis et disent que le mal a été fait.

« Comment pouvons-nous croire que le gouvernement respectera l’égalité entre tous, s’engagera à lutter contre les discriminations et garantira la liberté de genre ? demande une pétition en ligne de groupes LGBTQ appelant à la démission de Cayeux et de deux autres membres du gouvernement qui se sont opposés à la loi sur le mariage homosexuel. La pétition les qualifie de « porte-parole de la haine et du rejet ».

Mais ses patrons semblent rester fidèles à Cayeux. La Première ministre Elisabeth Borne a déclaré vendredi que les propos de Cayeux étaient “maladroits”, mais a salué ses excuses et a déclaré que Cayeux serait “vigilant” à l’avenir pour soutenir la lutte contre la discrimination anti-LGBTQ.

La question a divisé le gouvernement à un moment où Macron est politiquement affaibli après avoir perdu sa majorité au parlement.

Le ministre des Transports Clément Beaune, qui est gay, a qualifié les propos de Cayeux de “extrêmement blessants”. Le porte-parole du gouvernement, Olivier Veran, les a qualifiés de déconnectés de l’air du temps.

Dans l’appel publié dimanche, les signataires ont appelé le gouvernement à donner un meilleur exemple et à défendre les valeurs d’égalité de la France.

Ils ont célébré «ces personnes» auxquelles Cayeux a fait référence, notant que des soldats LGBTQ faisaient partie de ceux qui défilaient lors du défilé du 14 juillet, et que des personnes LGBTQ travaillent dans le gouvernement local et national et les forces de sécurité françaises.

“Nous sommes fiers de toutes ces personnes qui, par leur comportement digne et discret, savent mieux servir la République qu’elle”, a-t-il conclu.