Boris Johnson “a suspendu Chris Pincher après avoir entendu les allégations du député conservateur”

Boris Johnson a suspendu Chris Pincher après avoir entendu un récit “inquiétant” des allégations portées contre lui par un député conservateur qui a été témoin de l’incident, a-t-on rapporté.

Le Premier ministre a d’abord résisté à l’appel à suspendre M. Pincher, mais a cédé à la pression après qu’une plainte contre le député ait été déposée auprès d’un chien de garde parlementaire pour inconduite sexuelle.

Une source de Downing Street a déclaré que M. Johnson avait changé d’avis après avoir parlé à un député conservateur qui avait été témoin de l’incident et était en contact avec la victime présumée.

“Le récit était suffisamment dérangeant pour que le Premier ministre se sente plus troublé par tout cela”, a déclaré la source au Agence de presse de l’AP.

M. Pincher a démissionné jeudi soir après que les revendications tâtonnantes ont été révélées. Il a dit qu’il avait trop bu et « s’était embarrassé » au club privé du Parti conservateur la nuit précédente.

Vendredi, une plainte distincte a été déposée par un jeune militant conservateur qui a affirmé avoir été victime d’une avance sexuelle non désirée de la part de M. Pincher l’année dernière.

L’activiste raconte Les temps le député a mis sa main sur son genou et lui a dit qu’il “irait loin dans le parti” lors d’un événement lors de la conférence du parti conservateur à Manchester.

Pincher sur Downing Street en février

(PENNSYLVANIE)

“C’est choquant qu’il se soit trouvé n’importe où près du bureau des whips”, aurait-il déclaré.

Les avocats de M. Pincher ont nié l’allégation.

Un député conservateur qui était présent au Carlton Club vendredi soir a déclaré Le télégraphe qu’ils ont “jeté” un M. Pincher “très ivre” après avoir été mis au courant d’une allégation de tâtonnement.

“J’ai été mis au courant de la première situation, et je l’ai emmené dehors et lui ai dit de partir, car il était trop ivre”, a déclaré le député. “On m’a dit qu’il avait été inapproprié avec quelqu’un, et apparemment, il l’avait touché.”

M. Pincher a démissionné en disant qu’il s’était “embarrassé”

(PENNSYLVANIE)

Le Premier ministre a accepté jeudi la démission de M. Pincher en tant que whip en chef adjoint, après avoir approuvé sa nomination en février malgré des allégations antérieures d’inconduite contre le député.

M. Pincher avait précédemment démissionné de son poste de whip en 2017 après avoir été accusé de comportement inapproprié par un nageur olympique et ancien candidat conservateur. Il a été blanchi par une enquête interne et est revenu au gouvernement deux mois plus tard.

Downing Street a admis qu’il était au courant de la plainte antérieure contre M. Pincher, mais a insisté sur le fait que le Premier ministre n’avait aucune raison de bloquer sa nomination.

M. Pincher a été transféré de son rôle de ministre du Logement au bureau des whips lors du remaniement du Premier ministre en février. En janvier, il faisait partie d’une opération “sauver Boris” lancée en réponse à la colère suscitée par le scandale du Partygate, qui avait éclaté le mois précédent.

L’ancien whip en chef adjoint était le cinquième député conservateur à avoir été contraint de démissionner, à s’être fait retirer le whip ou à avoir reçu l’ordre de rester à l’écart du Parlement pour des allégations d’inconduite sexuelle cette année.

Neil Parish, l’ancien député de Tiverton et Honiton qui a démissionné après avoir admis avoir regardé de la pornographie dans la chambre de la Chambre des communes, a déploré son traitement par le parti par rapport à celui de M. Pincher. Il a suggéré que M. Pincher était protégé par sa proximité avec le Premier ministre.

M. Pincher fait l’objet d’une enquête par le Independent Complaints and Grievance Scheme, un organe parlementaire qui examine les plaintes d’intimidation, de harcèlement ou d’inconduite sexuelle.